Quels sont les niveaux d’autonomie de la grille Aggir ?

27

La grille AGGIR vise à évaluer le degré de dépendance ou d’autonomie d’une personne âgée. Mais à quels droits s’ouvre-t-il ? Comment est-elle définie ? Quelles variables sont prises en compte ? WFH effectue la mise à niveau.

Grade AGGIR : Évaluer la perte d’autonomie

A voir aussi : Quelle est la différence entre la sécurité sociale et la CPAM ?

L’ évaluation de la perte d’autonomie est effectuée à l’aide de la grille AGGIRdegré de dépendance (Autonomie, Gérontologie, Groupes de ressources ISO). Sur la base d’observations et de questions, une équipe médico-sociale ou le médecin traitant diagnostique le de la personne âgée.

APAL’ évaluation est effectuée à domicile par le personnel médical et social du département dans le cas d’une demande (Allocation personnalisée de l’autonomie).

A lire aussi : Comment calculer la base de calcul de la CSG ?

C’ est le médecin coordonnateur qui effectue cette évaluation en cas d’admission à un Ehpad.

AGGIR Grade est un outil de référence national français pour évaluer le degré de dépendance des personnes âgées. Mesurer la perte d’autonomie permet de localiser la personne selon votre niveau de dépendance, appelé GIR pour les groupes de ressources ISO.

Il y a six IRG cotés de 1 à 6. — Niveau 1, ou GIR 1 correspond à une perte totale d’autonomie. — D’autre part, le RIF 6, ou niveau 6, correspond à une autonomie parfaite.

Groupes de ressources ISO (RIF) : évaluer la dépendance

groupe GIRSur la base d’observations et d’une série de questions, l’équipe médico-sociale complète la grille AGGIR et détermine ainsi, à quel les personnes âgées appartiennent.

La personne responsable de l’évaluation, l’observateur, attribue une note (A, B, C) selon que la personne âgée :

R : fait seul, entièrement, généralement et correctement B : partiellement, ou pas généralement, ou pas correctement C : ne

Ainsi, l’observateur évalue 10 critères liés à la perte d’autonomie physique et psychique .

Seuls ces 10 critères, appelés « variables discriminantes », sont utilisés pour déterminer IRM :

1. Cohérence : parler ou se comporter raisonnablement ; 2. Orientation : détecter dans le temps et l’espace ; 3. WC : laver par vous-même ; 4. Habille : habiller, se déshabiller, apparaître ; 5. Diète : manger des aliments préparés ; 6. Élimination : assumez l’hygiène urinaire et fécale ; 7. Transferts : se lever, s’allonger, s’asseoir ; 8. Déplacement intérieur : mobilité spontanée, y compris l’équipement ; 9. Voyager vers l’extérieur : se déplaçant de la porte d’entrée sans moyen de transport ; 10. Communication à distance : utiliser les médias, téléphone, sonnette, alarme.

7 autres critères, les « variables indicatives » parties de grille AGGIR, mais ne pas entrer dans le calcul IRM.

le plan d’aideCes variables concernent les activités corporelles, les ménages et les activités sociales et fournissent des conseils .

1. Gestion : gestion de vos propres affaires, budget, actifs ; 2. Cuisiner : préparer les repas et servir ; 3. Domestique : effectuer tout le travail domestiques ; 4. Transport : prendre ou commander un moyen de transport ; 5. Achats : acquisition directement ou par correspondance ; 6. Suivi du traitement : se conformer à la prescription du médecin ; 7. Activités de temps libre : faire du sport, culturel, social, passe-temps ou passe-temps.

Les

RGI 1 et RGI 2 correspondent aux niveaux les plus élevés de perte d’autonomie. Les RGI 3 et RGI 4 correspondent aux niveaux moyens de perte d’autonomie. Les RGI 5 et RIF 6 correspondent à de faibles niveaux de perte d’autonomie.

Concordance et niveau de confiance en RIF

Ces 6 RIF définissent le degré de dépendance et servent les équipes médico-sociales un outil de prise de décision pour la mise en œuvre de solutions d’aide.

Selon le niveau de dépendance, ils seront des aides familiales, des services d’assistance professionnelle ou l’entrée dans une maison de soins infirmiers.

RIF et octroi de l’aide : Subvention d’autonomie personnalisée (APA)

La ventilation de l’ABS, le calcul de son montant, tel que celui de l’aide au fonds de pension, dépend du niveau du RIF auquel la personne est localisée.

Seuls les IRG 1-4 sont admissibles à l’APP. Les IRG 5 ou 6 ouvrent des droits à l’assistance interne ou à l’assistance des fonds de pension de base ou complémentaires.

RIF, type d’aide et APP

La grille AVQ : évaluer les actes de la vie quotidienne

La grille AVQ est complémentaire de la grille AGGIR et évalue l’incapacité d’effectuer certains actes de la vie quotidienne. Il est utilisé dans la souscription de l’assurance dépendance, en plus ou au lieu de la grille AGGIR en tant que partie intégrante de l’ABS.

Cette évaluation mesure le niveau de dépendance d’une personne dans six catégories d’actes de la vie quotidienne :

1. Transferts : se déplacer de chacune des positions couchées, assis, debout 2. Déplacement à l’intérieur : pouvoir évoluer sur une surface plane sans aide 3. Diète : Manger et boire seuls 4. WC : pour laver tout le corps 5. Habille : Habille ou se déshabiller sans aide 6. Salut : assurer l’hygiène de l’élimination

perte d’autonomieLe niveau de dépendance de la personne est calculé en fonction du nombre d’actes qu’il sera en mesure de effectuer correctement. Sur ces 6 actes de vie quotidienne, la place la personne à des niveaux de 1 à 4.

Niveaux et type AVQ d’invalidité ****2

La grille AGGIR a été développée par des médecins de la Sécurité Sociale, de la Société Française de Gérontologie et informaticiens. C’est l’outil de référence national qui est utilisé dans le contexte de APA (Allocation personnalisée de l’autonomie).

Sur la base d’observations et de questions, l’équipe médico-sociale vérifie si les personnes âgées sont présentées seules. la plupart des activités quotidiennes. La grille AGGIR évalue les fonctions mentales et les capacités corporelles dans la vie quotidienne. La grille AVQ mesure le niveau de dépendance d’ une personne dans six catégories d’actes de la vie quotidienne. L’évaluation du niveau de dépendance permet de déclencher des aides uniques ou permanentes.

Isabelle REZZUG, Écrivain bénévole.