Comment la mutuelle est-elle imposable ?

1645
mutuelle

Que vous soyez l’employé ou l’employeur, il y a d’énormes avantages à adhérer à une mutuelle. Si cela a été exigé à toute entreprise du secteur privé, c’est très intéressant et profitable. Ce faisant, il existe deux parts : la part salariale et celle patronale. Laquelle des deux parts de la mutuelle est donc imposable ? Lisez ce qui suit pour plus de compréhension !

Part de la mutuelle imposable : la part patronale

Une mutuelle d’entreprise est un contrat complémentaire santé effectué par l’employeur d’une société pour le compte de ses salariés. En réalité, une partie des cotisations appelée part patronale (au moins 50 %) est assurée par la structure.

A découvrir également : Découvrez les avantages d'un service de ménage à domicile à Nice par des professionnels

La seconde partie qualifiée de part salariale est financée par le travailleur lui-même. Toutefois, l’entreprise peut prendre en charge la cotisation au-delà des 50 %, voire la totalité. Ainsi, c’est la part patronale de la mutuelle qui est imposable.

Cette cotisation venant de l’employeur qui, autrefois, était prise comme un avantage en argent est vue comme un salaire payé par ce dernier. Elle est assujettie à l’impôt sur le revenu. De ce fait, elle est considérée dans le calcul du salaire net de l’employé. Ce qui permet de déterminer le NET imposable. Votre fiche de paie doit porter cette mention. Sachez aussi que vos cotisations patronales doivent figurer sur votre déclaration d’impôt.

A lire aussi : Jardinage pour seniors : des services sur mesure pour un jardin fleuri et accessible

Qu’en est-il de la part salariale de la mutuelle ?

La cotisation de la mutuelle d’entreprise est assurée par le salarié et par son employeur. Si la part patronale est imposable, sachez que celle salariale est déductible du revenu d’imposition du travailleur.

Elle est directement retirée sur le salaire de l’employé. En effet, la cotisation salariale est soumise à une déduction dans le cas où le contrat de la mutuelle choisie est assez responsable.

Aussi, lorsqu’il s’agit véritablement d’une complémentaire santé non seulement collective, mais également obligatoire à tous les employés. Il convient de souligner que les frais déductibles sont limités à 5 % du PASS (plafond annuel de la Sécurité sociale). Par contre, ils le sont à 2 % de la rémunération annuelle (brute). Toutefois, les frais d’invalidité, d’obsèques ou d’incapacité de travail ne sont pas pris en compte.

Adhésion à la mutuelle d’entreprise : quels avantages pour les salariés ?

mutuelle

L’adhésion à la mutuelle d’entreprise confère un certain nombre d’avantages aux employés. En effet, ils bénéficient des remboursements sur les soins de santé spécifiques.

Il s’agit du paiement de la totalité des tickets modérateurs pour tous les consultations et actes couverts par une assurance-maladie. C’est aussi le cas de leurs forfaits journaliers hospitaliers. À cela s’ajoutent les frais liés aux soins dentaires, aux soins d’optique, aux appareils auditifs, et plus encore.

Néanmoins, si les apports de la mutuelle d’entreprise sont assez positifs pour les salariés, ils sont aussi confrontés à une hausse de leur impôt. Cette augmentation issue de l’imposition de la complémentaire santé peut être estimée en moyenne entre 90 à 150 euros. Elle est encore plus importante lorsqu’il s’agit de deux salariés mariés (en couple), assujettis à une mutuelle collective obligatoire.

Dans quels cas les salariés sont-ils dispensés de la mutuelle d’entreprise ?

La mutuelle étant obligatoire, sous certaines conditions, les salariés peuvent en être dispensés. Ainsi, l’employé peut refuser d’y adhérer s’il bénéficie d’une autre complémentaire santé à titre d’ayant droit (époux, épouse, enfant, etc.). Outre cela, vous pouvez toujours refuser l’intégration si vous êtes déjà avec un autre employeur soumis à cette mutuelle collective d’entreprise.

Par ailleurs, la dispense d’adhésion est possible si la complémentaire de santé est souscrite par DUE (décision unilatérale de l’employeur). Cela, avec votre participation financière en tant qu’employé. Pour ce faire, adressez une note de dispense d’adhésion à votre employeur.

En outre, vous pouvez être aussi dispensé de la mutuelle lorsque vous êtes employé à temps partiel dans l’entreprise ou lorsque vous êtes un apprenti. De plus, un travailleur sous contrat de mission ou à durée déterminée de 3 mois ou d’un an au plus, n’est pas tenu d’y adhérer.

Il convient de retenir que les cotisations d’une complémentaire santé concernent l’employeur et l’employé, d’où les parties patronales et salariales. En réalité, c’est la part patronale de la mutuelle qui est imposable.

Dispense de mutuelle d’entreprise : comment trouver sa complémentaire santé ? 

Comme nous venons de vous le dire, tout le monde n’est pas dans l’obligation de souscrire à la mutuelle d’entreprise. Vous en faites peut-être partie. Attention, si vous êtes intérimaire et que vous ne pouvez pas profiter d’une mutuelle en tant qu’ayant droit, il est vivement recommandé de souscrire un contrat de votre côté. En effet, vous savez bien que l’assurance maladie ne rembourse jamais l’intégralité des soins. Vous avez toujours un reste à charge. Étant donné que personne ne prévoit de tomber malade ou d’avoir besoin d’une intervention chirurgicale ou autre, avoir une mutuelle santé n’est pas superflu. 

Vous l’avez également certainement lu dans notre article, mais l’avantage de la mutuelle d’entreprise, c’est que vous avez une participation de l’employeur sur le coût de la complémentaire santé. Si vous décidez de ne pas y adhérer, pour les raisons qui sont les vôtres, vous devrez payer intégralement les cotisations de votre poche. Dans le cas où vous êtes à la recherche d’une mutuelle santé la moins chere et qui rembourse le mieux, le plus simple est de demander des devis en passant par un comparateur d’assurances en ligne. Sachez que la démarche est gratuite et sans engagement. Vous ne prenez donc aucun risque à vous renseigner. De plus, cela se fait très rapidement. Vous devez uniquement prévoir 5 minutes devant vous et peu importe que ce soit en soirée ou un dimanche après-midi.

Prenez le temps d’étudier plusieurs devis, avant de prendre votre décision. En tout cas, si vous décidez de souscrire, cela peut évidemment se faire en ligne. Cela vous permet de gagner du temps et c’est beaucoup plus pratique de cette manière. Attention, vous devez prendre en compte le délai de carence, si vous avez des soins à prévoir (comme au niveau dentaire). 

Quels sont les types de couverture proposés par une mutuelle d’entreprise ?

Une mutuelle d’entreprise est un type de protection sociale complémentaire offert par certains employeurs à leurs salariés. Il s’agit d’un système qui couvre les frais médicaux supplémentaires pour les travailleurs, en plus des services proposés par la Sécurité Sociale. Les cotisations versées sont généralement partagées entre l’employeur et le salarié équitablement. La décision de recourir à une mutuelle facilite la prise en charge des soins médicaux et aide donc à réduire la pression financière que peuvent subir certaines familles ou individus ayant du mal à joindre les deux bouts chaque mois.

Les types de couverture proposés par une mutuelle d’entreprise diffèrent selon l’employeur et le contrat conclu avec lui-même ou avec un organisme tiers fournissant ce genre service. Ces plans peuvent inclure des remboursements supplémentaires sur tous les frais mondiaux liés aux soins maternels, aux optiques, auditifs, dentaires etc., ainsi qu’une participation forfaitaire annuelle qui permet au bénificiaire de payer jusqu’à 100 % des prestations dispensée par son réseau agréée (hôpitaux, laboratoires etc.). Ces plans peuvent également offrir une protection contre certaines conditions pathologiques graves comme le cancer dont les traitements coûtent extrêmement cher particulièrement si on ne dispose pas d’une assurance ad-hoc suffisante pour être totalement protègée. Enfin , il existe souvent un plafonnement annuel maximum permettant aux bénificiaires de limiter leur dépenses chaque année.

À titres indicatifs , il est important noter que la majorité des contributions verser par votre employeur sur votre compte personnel sont non imposables sauf celles attribuer au dela du montant fixer applicable à tout les salarier ( exemple pour 2017 hors IJSS : 1 416 €).

Quelle est la différence entre une assurance santé et une mutuelle d’entreprise ?

Une assurance santé et une mutuelle d’entreprise sont des produits financiers conçus pour aider les gens à couvrir leurs dépenses de soins médicaux. Ces deux produits peuvent offrir aux assurés des remboursements et/ou indemnités sur les coûts associés à la santé, en fonction des conditions spécifiques nécessaires pour chaque produit. La principale différence entre un plan d’assurance santé individuel (ASI) et une mutuelle d’entreprise est que l’ASI est soumis aux lois du marché libre, alors que la mutuelle d’entreprise est régie par le droit du travail.

Les contributions faites à un ASI ne seront pas imposables, car elles bénéficient en fait de l’exonération fiscale pratiquée par le gouvernement américain. Les prestations perçues également exemptes d’impôt si elles ont été payées avec cet argent non imposable économisé ou investi par l’assureur ou favoriseraient tout traitement médical qualifiã© qui aurait ã©tã© acquittã© pendant Pertinencia au bien-être physique ou mental de l’individuelles. En revanche, les prestations issues des plans groupes employeur tels que ceux proposés par une mutuelle d’entreprises ne profiteront pas de cette exonératoires fiscalité et devront donc être inclus comme revenus imposables sur votre déclaration de revenus annuelle. Ils se trouveront normalement sur votre formulaire W2 ; vous devrez relier directement les montants à votres relevés trimestriels FICA afin qu’ils soient corrects reflétée sur votres avoirs salarial annuels.. Toutefois si vous effectuez un retrait anticipée avant 59 1/2 ans- arrière où vous commencezà recevez des allocations jubilaire -vous serez soumis àune imposition supplèmentaire royaumeunie 10%.

Comment déduire sa mutuelle de ses impôts ?

La déduction fiscale pour les contributions à une mutuelle est un excellent moyen de réduire le montant des impôts que vous devez payer sur vos avoirs annuels. Il faut noter qu’il y a certainement plusieurs critères qui peuvent affecter votre capacité à bénéficier d’une telle déduction.

Pour commencer, il faut savoir que seules les personnes soumises au régime général ou aux régimes spéciaux (comme la fonction publique) peuvent prétendre à cette mesure. Si vous êtes travailleur indépendant en revanche, vous ne pouvez pas profiter de cette option et devrez donc prendre cela en considération lorsque vous calculez votre budget assurance santé annuel.

Pour pouvoir bénéficier d’une déduction fiscale sur vos cotisations à une mutuelle, celles-ci doivent être réalisées par l’assuré lui-même et non par son employeur. Ceci signifie essentiellement que si votre employeur paie intégralement ou partiellement vos cotisations mensuelles, alors vous ne serez pas admissible à une exonération environnementale.

Il faut mentionner qu’il existe deux types différents de déductions possibles : la première concerne les frais médicaux engagés au cours d’une année civile donnée tandis que la seconde porte sur les primes payées dans le cadre du régime obligatoire mis en place par l’employeur suivi éventuellement d’un supplément volontaire individuel mutualiste.

Interroger un expert-comptable avant toute décision est capital afin de s’assurer quelle forme juridique de mutuelle choisir.

Les changements à venir pour la fiscalité des mutuelles d’entreprise

La fiscalité des mutuelles d’entreprise va subir quelques changements dans les années à venir. En effet, la loi de finances pour 2021 prévoit une modification importante en ce qui concerne l’imposition des cotisations patronales aux contrats responsables. Cette nouvelle disposition est censée s’appliquer dès le premier janvier 2022.
Actuellement, ces cotisations sont exonérées de toutes charges sociales et fiscales. Avec cette nouvelle réforme fiscale, elles seront soumises à une taxe sur les salaires. Ceci signifie que les employeurs devront payer environ un tiers du montant des cotisations patronales auprès de l’État sous forme d’une taxe supplémentaire.

Cette réforme a été mise en place afin d’aider le gouvernement à financer le déficit croissant de la Sécurité Sociale et garantir ainsi la pérennité du système de santé français. Toutefois, elle risque aussi d’avoir un impact significatif sur les entreprises qui proposent actuellement une mutuelle collective à leurs employés.

En effet, cette taxation supplémentaire pourrait rendre moins attractives les offres existantes pour certains travailleurs ou entreprises avec peu de moyens financiers disponibles pour couvrir ces nouveaux frais fiscaux.

Il est donc important que chaque entreprise évalue son budget assurance santé annuel ainsi que sa politique sociale globale. Les experts conseillent aussi aux professionnels concernés par cet impôt additionnel ou toute autre question relative au sujet lié aux assurances-mutuelles (employeurs et travailleurs) de consulter leur comptable ou fiscaliste avant toute décision.